Commencer chez Sofico en tant que Business Consultant (puis arriva le coronavirus)

peterpoot_sofico_jobs

« Après près de 20 ans chez le même employeur, le premier après mes études, j’ai eu envie de changer d’environnement. Mais je ne voulais pas perdre ces 20 années de connaissances et d’expérience. » Peter Poot nous raconte son histoire.

Ironie du sort


J’ai découvert Sofico par hasard, car un ancien collègue voulait y travailler. « Sofico ? Jamais entendu parler. Que font-ils ? » Et c’est ainsi que tout a commencé...

Grâce à LinkedIn, j'ai eu la surprise de découvrir que je connaissais quelqu’un qui y travaillait. Et pour plaisanter, j’ai parcouru la page des postes vacants. Des fonctions dans l'IT, évidemment... « Mais tiens ! Ils cherchent aussi des Business/Implementation Consultants. Qu’est-ce que cela signifie, dans leur contexte ? ».

Pour trouver les réponses à mes questions, il m’a semblé intéressant d’avoir un entretien d’orientation (et il est arrivé assez rapidement). Le courant est passé des deux côtés, et la première étape du processus de candidature s’est ainsi enclenchée. Dix semaines plus tard, je faisais mon entrée chez Sofico. J’y ai commencé le 1er février 2020 en tant que BC/IC.

Bienvenue à bord

J'ai rapidement constaté qu'il y avait régulièrement de nouveaux arrivants chez Sofico, et qu’un important trajet d'« onboarding » y était en place. Ce trajet se compose de différentes formations, aussi bien en groupe qu’en auto-apprentissage, par et avec des collègues Sofico de toutes les régions. Et quelques collègues endossent des rôles spécifiques pour l’onboarding : un learning coach, un job coach et bien évidemment le unit coach. Ils assurent l’orientation/l’accompagnement pendant la phase de démarrage.

Arrivée sur le lieu de travail


Tout a bien commencé : une formation fonctionnelle de cinq jours pour apprendre à utiliser le progiciel de Sofico, Miles. Lors de cette semaine, j’ai rendu visite au bureau de Gand, pour y faire connaissance et y suivre quelques formations d'introduction.

Grâce à l’accueil chaleureux de mes nouveaux collègues aux Pays-Bas, j’ai pu m’intégrer facilement dans mon nouvel environnement de travail. J’ai rapidement réussi à m’orienter dans le bureau et à maîtriser les principaux outils.

Apprendre à connaître le produit


Ma troisième semaine était consacrée à la formation de configuration sur le programme : l'analyse et la découverte approfondies du progiciel Miles. On y apprend comment l’utiliser de manière flexible pour répondre de la façon la plus personnalisée possible aux souhaits de chaque client. Cette formation dure deux semaines, avec une semaine de « repos » entre les deux. (Pour moi, ce fut une semaine de vacances, car elle coïncidait avec la semaine des sports d’hiver).

Les possibilités de configuration de Miles sont considérables et la formation aborde donc beaucoup de choses. Je la considère comme une première prise de connaissance approfondie, car il y a beaucoup (!) à remettre en contexte et à « s’approprier » directement. Après 5 semaines chez Sofico, dont 3 de formation et 1 de vacances, les choses sérieuses pouvaient commencer.

C'est parti !


En tant que membre de l’équipe A, je participe à son Scrum Flow : stand ups quotidiens, concertation refinement, retrospective et planning bimensuelle. Vous apprenez en un coup énormément de choses (clients, tickets, repro-cases, development, etc.) et vous tâchez de les replacer dans leur contexte.

J’y arrive de mieux en mieux, lentement mais sûrement : grâce à l’accompagnement du job coach, un collègue expérimenté faisant partie de la même équipe, je me familiarise rapidement avec l’ensemble.

Peut-on parfois faire du télétravail?


J'ai un peu d’expérience du mode de fonctionnement de Sofico et de « mon » équipe quand la deuxième semaine du mois de mars commence. Et voilà qu'on commence à parler partout de « Coronavirus ». Un virus avec un nom de bière ? Il ne doit pas être bien grave.

Mais il a commencé à envahir l’Europe, et de nouvelles mesures d'hygiène ont rapidement été instaurées, ainsi que la distanciation sociale. Quelques jours plus tard, nous étions tous en télétravail. Et maintenant ? Je suis encore nouveau chez Sofico, je ne connais pas encore suffisamment les gens, le mode de fonctionnement interne et la matière. Et regarder par-dessus l’épaule de quelqu’un, très peu pour moi.

L’apprentissage à distance, c’est possible


Il est rapidement apparu que nous étions efficaces à distance. Le scrum quotidien, que nous faisions déjà partiellement en ligne à cause des collègues qui se trouvent sur place chez le client ou travaillent ailleurs, a peut-être même gagné en efficacité.

Tout ce qui était une exception au début est désormais devenu la norme. Formations, harmonisation avec les coaches, réunions d'équipe, etc., tout se fait en ligne. Et le résultat dépasse les attentes : pas de problèmes techniques, tous les outils nécessaires sont déjà présents. Le système de tickets et toutes les connaissances étaient déjà disponibles en ligne, une foule de formations se faisaient déjà de manière numérique et les possibilités pour les appels sont excellentes.

C'est ainsi que la « ligne » qui me relie au job coach et à mes collègues est devenue beaucoup plus simple à naviguer pour moi, et je peux poursuivre mon processus d'onboarding sans difficulté. Que ce soit pour suivre des formations, apprendre par moi-même ou accepter des tâches, tout suit son cours sans accroc. Bien sûr, tout cela nécessite une acclimatation, de la discipline et un espace de travail « convenable » à la maison.

J’ai évidemment hâte de retourner au bureau (raisonnablement), d’avoir des rendez-vous à l’extérieur et de renouer des contacts sociaux.

En nous permettant un processus de travail à distance (que nous menons à bien ensemble), Sofico garantit un onboarding « zéro Corona » !

C'est bien mieux que tout ce que j’aurais pu imaginer.

---

Peter Poot
Business Consultant
Sofico Service Nederland

#wearesofico

Tags


Share this story  —   Facebook     Twitter

Plus sur la vie au sein de Sofico