We move people

sofico-developer-java-joseph4

Nos collègues cachent bien des histoires intéressantes. Des histoires qui valent souvent la peine d’être racontées mais à côté desquelles il est facile de passer. Chaque semaine, nous partageons le talent caché, le hobby ou la passion d’un de nos collègues. Joseph est développeur Java à notre bureau du Royaume-Uni. Il nous fait partager sa passion pour la moto et les LEGO. 


Joseph, vous avez travaillé aussi bien sur le site belge de Sofico que sur son site britannique. Comment vous êtes-vous adapté ? 

« J’ai vécu une expérience fantastique avec l’équipe belge. C’était une équipe formidable, avec un mentor extra et de chouettes amis. Je ne compte plus les bons souvenirs : participer au IT Fries Group, surmonter la crise du milieu de semaine grâce au Fries Day du mercredi, animer notre club de ping-pong palpitant avec David, Martine, Luckas, Nick... et je pourrais citer plein d’autres exemples encore. » 

« Quant à l’équipe du Royaume-Uni, elle m’a beaucoup soutenu. Nous étions 6 quand j’ai commencé, et aujourd'hui, notre équipe compte 16 membres ! » 

Il y a deux ans, vous avez changé d’employeur et rejoint Sofico. Qu’est-ce qui a changé ? 

« Avant de passer chez Sofico, j’ai travaillé dans des sociétés de services. Je me sens privilégié de faire partie de l’équipe de développement. Sofico valorise chaque individu pour ce qu’il est. L’environnement et les méthodes de travail favorisent notre épanouissement. » 

Comment se passent vos week-ends ? 

« Je consacre mes week-ends à ma famille. Nous aimons cuisiner ensemble (aussi bizarre que cela puisse paraître). J’aime passer du bon temps avec mon petit bout de 5 ans dans les LEGO, les livres ou devant la Xbox. Enfin, je fais parfois de courtes balades à moto. » 

On nous a dit que vous étiez un motard passionné ! Depuis quand ? 

« J’avais 10 ans quand j’ai enfourché ma première moto. Je sais, c’est clairement illégal de rouler à moto sur la route à un si jeune âge. C’est pourquoi je me limitais aux petites rues et aux terrains ouverts. Il y a beaucoup de fans de moto dans ma famille. Ce qui explique pourquoi je m’y suis mis. En Belgique, pour diverses raisons, je n’ai pas pu me consacrer à ma passion. Mais je peux le faire ici, au Royaume-Uni, et j’en suis enchanté. Enfourcher ma bécane est toujours une expérience grisante : les routes de campagne et les magnifiques paysages locaux sont époustouflants ! » 

Quelles sensations éprouvez-vous lors de vos balades ? 

« Le cœur qui bat de concert avec la cadence du moteur, l’adrénaline qui monte au rythme de la moto, les larmes qui coulent quand le vent vous souffle au visage, la route qui vous tend les bras, les sourires et les salutations des autres motocyclistes passionnés que vous croisez... je ne pourrais même pas tout vous décrire, mais cela en vaut la peine, croyez-moi ! » 

Il n’y a rien de tel que les moments père-fils. Comment faites-vous pour surmonter les mesures de confinement ? 

« Le confinement a été particulièrement difficile pour mon petit bonhomme, qui est d’une nature très sociable. Heureusement, nous avons des intérêts communs. Si la météo le permet, nous jouons au foot dans le jardin. En plus, à force de courir derrière lui quand il fait le tour du bloc avec son vélo, j’ai perdu du poids. » 

« Nous avons pris plaisir à nous lire des livres ou à jouer au cerf-volant pendant des heures en été, jusqu’à ce que l’engin se casse de fatigue. Mais notre activité la plus chouette consistait à construire un circuit d’intérieur pour la RC Jeep de notre petit champion, avec de vieilles boîtes en carton et des rouleaux d’essuie-tout et de papier-toilette pour les bosses et les dos d’âne. » 


Et maintenant, place aux LEGO : pourriez-vous nous montrer quelques-unes de vos créations ? 

« Nous utilisons des LEGO et des K’NEX pour faire des activités de STEM (Science, Technologie, Ingénierie et Mathématiques). Pour apprendre ensemble en s’amusant. Nous avons construit notamment des modèles réduits de téléphérique, d’hydravion, d’éolienne, de balance à contrepoids, et bien sûr, une série de motos. Et tous fonctionnent vraiment ! » 

Quelle est la première chose que vous comptez faire quand les restrictions seront levées ? Et pourquoi ? 

« Première chose sur ma liste : aller voir de la famille et des amis en Inde. Nous n’avons pas pu le faire l’an dernier. J’espère que cette année-ci sera la bonne ! » 

Tags


Share this story  —   Facebook     Twitter     LinkedIn     Xing

Plus sur la vie au sein de Sofico